Quel avenir pour les enfants réfugiés au Bangladesh ?


Rohingyas

Un an après l’exode massif du Myanmar, l’avenir de plus de 500 000 enfants réfugiés au Bangladesh est en jeu

New York / Cox’s Bazar, Bangladesh, 23 août 2018 – Plus d’un demi million d’enfants réfugiés dans le sud du Bangladesh se voient privés d’une véritable éducation et des actions internationales sont nécessaires d’urgence pour les empêcher de sombrer dans le désespoir et la frustration, déclare l’UNICEF aujourd’hui.

Dans un rapport qui marque une année depuis le début d’un énorme afflux de Rohingyas fuyant la violence extrême du Myanmar vers le Bangladesh, l’UNICEF alerte sur l’avenir sombre des enfants qui vivent dans les camps exigus de réfugiés de Cox’s Bazar dans des conditions rudimentaires, avec peu d’opportunités pour apprendre et sans savoir s’ils rentreront chez eux.

« Si nous n’investissons pas maintenant dans l’éducation, nous risquons véritablement une génération perdue d’enfants rohingyas, qui n’ont pas les connaissances dont ils ont besoin pour vivre dans leur situation actuelle et qui seront incapables de contribuer au développement de leur société quand ils pourront retourner au Myanmar, » affirme Edouard Beigbeder, le représentant de l’UNICEF au Bangladesh.

Le rapport indique qu’un énorme effort d’aide internationale a pu être déployé avec l’appui du gouvernement du Bangladesh pour mettre en place des services basiques pour les réfugiés. Les épidémies des principales maladies ont pu être évitées, au moins pour le moment.

Fournir une éducation pour l’affux soudain d’enfants arrivant a été un immense défi pour l’UNICEF et ses partenaires. On comptait en juillet 2018 quelque 1200 centres d’apprentissage fonctionnels et presque 140 000 enfants inscrits. Cependant, il n’y a pas encore de programme validé, les classes sont surchargées et manquent des équipements de base comme l’accès à l’eau.

Un nouveau cadre d’éducation, pour donner aux enfants une éducation de meilleure qualité, avec des aptitudes en alphabétisation, langue et calcul ainsi que des connaissances essentielles pour la vie quotidienne est en cours de développement.

Le rapport affirme que la communauté internationale devrait investir pour soutenir une éducation de qualité et des compétences de vie pour tous les enfants rohingyas et en particulier les filles et les adolescents qui risquent d’être exclus. Le rapport appelle aussi le gouvernement du Myanmar à garantir que dans l’état de Rakhine, où plus d’un demi million d’enfants rohingyas vivent encore, les enfants de toutes les communautés puissent avoir un accès égal à l’éducation que ce soit en maternelle, primaire ou secondaire.

Le rapport souligne qu’une solution durable à la crise des rohingyas nécessite de régler la situation au nord de l’état de Rakhine. Il appelle à la mise en oeuvre des recommandations de la Commission consultative sur l’état de Rakhine, dont la reconnaissance des droits de base de la population musulmane – comme la liberté de mouvement, le droit d’accéder aux services de base que sont la santé et l’éducation, et des moyens de subsistance significatifs.

Le rapport appelle aussi le gouvernement du Myanmar à fournir une protection pour les enfants rohingyas et pour tous les autres groupes ethniques, et à créer les conditions appropriées sur le terrain permettant le retour volontaire, sûr et digne des réfugiés rohingyas dans leurs anciennes communautés.

L’UNICEF est sur le terrain dans le sud du Bangladesh depuis le début de la crise au sein d’une coalition d’agences nationales et internationales. En 2018, l’agence a lancé un appel de fonds de 28,2 millions de dollars pour ses actions d’éducation pour les réfugiés rohingyas. Seulement un peu plus de 50 % ont été reçus à ce jour.