Quand virtuosité musicale rime avec solidarité

P1120603 Vendredi 6 juillet 2012, l’Orchestre des Jeunes de Strasbourg a donné un concert au Palais des Fêtes au profit de l’UNICEF. Retour sur une soirée placée sous le signe de la musique et de la solidarité internationale…

Avec l’arrivée de l’été, Strasbourg s’est parée d’une multitude de festivals et évènements musicaux en tous genres. L’Unicef a saisi l’opportunité pour rappeler la situation d’urgence de la région du Sahel. C’est au début du printemps que l’idée d’un partenariat avec l’Orchestre des Jeunes de Strasbourg était née. La concrétisation s’est faite le vendredi 6 juillet 2012.

20h30 – Au Palais des Fêtes de Strasbourg, l’ambiance est au multiculturalisme : l’Orchestre des Jeunes de Strasbourg, qui organise ce concert caritatif, accueille le Queensland Youth Symphony, un orchestre de jeunes Australiens en tournée en Asie et en Europe. Les couleurs sont celles de l’Unicef, comme le rappellent les deux drapeaux qui délimitent la scène.

Afin d’honorer la présence et la prestation des musiciens australiens, le discours prononcé par Alfred INGWEILER président du Comité UNICEF du Bas-Rhin a été traduit en anglais et en « direct » par Manon bénévole de l’UNICEF. Un effort bilingue qui a également permis de rappeler la vocation internationale de l’Unicef.

C’est sous la baguette de John Curro, chef d’orchestre du Queensland Youth Symphony depuis sa création en 1966, que les premières notes de cette soirée se sont élevées, grâce aux doigts et souffles habiles des jeunes australiens. La timidité musicale de ces virtuoses précoces a très vite laissé place à une liberté mélodieuse digne des plus grands orchestres. Du haut de ses 18 ans, Oliver Scott a ainsi guidé le premier morceau : le Concerto pour violoncelle No. 1 de Saint-Saëns. C’est ensuite un bis en soliste (un prélude d’une suite de Bach en do majeur) qui a révélé toute son expérience. Le QYS s’est ensuite naturellement dirigé vers l’interprétation de la Symphonie No. 12 de Chostakovitch, rappelant que ce dernier avait pour concerto préféré celui de Saint-Saëns joué plus tôt par l’orchestre. Une œuvre de 40 minutes qui a porté le public jusqu’au dernier accord. C’est enfin une courte pièce composée par l’un des contrebassistes de l’orchestre australien qui conclut cette première partie : Fanfare, c’est le titre de cette œuvre qui se veut la traduction de l’enthousiasme de ces jeunes partis en tournée en Asie et en Europe.

Photos

L’entracte de 20 minutes invite alors l’audience à découvrir les activités de l’Unicef, et notamment les mesures d’urgence prises dans la région du Sahel, où environ un million d’enfants sont confrontés à un risque de malnutrition sévère. Pauvreté chronique, sécheresse, famine, déplacements de populations et insécurité sont autant de termes qui rappellent la réalité de la situation au Sahel. L’Unicef insiste également sur ce chiffre : 5, pour les 5 € payés par chaque spectateur pour assister au concert de ce soir, mais aussi pour les 5 € que coûtent 20 sachets de pâte alimentaire permettant de nourrir un enfant souffrant de malnutrition pendant une semaine, et ainsi, lui sauver la vie !

Le voyage en Europe reprend avec l’Orchestre de Jeunes de Strasbourg sous la direction de Sylvain Marchal, fidèle chef depuis 1997. Le 4ème mouvement de la Symphonie Fantastique de Berlioz emporte le public dans une marche terrifiante qui se conclut par le tumulte des bois et des cuivres, soutenus par les percussions et les attaques des cordes. Le ballet de La Belle au Bois Dormant apaise ensuite les esprits : un moment avec Tchaikovsky qui réveille des souvenirs d’enfance, et rappelle tout doucement la cause défendue en cette soirée musicale. Ce sont ensuite des musiques de films qui sont interprétés par l’OJS : de Harry Potter à Pirates des Caraïbes en bis, en passant par l’espion britannique James Bond, le tout sur un ton enjoué et libéré, au plus grand plaisir des auditeurs !

C’est ainsi que s’achève cette première rencontre entre la musique et la solidarité : sous l’espérance affirmée de voir ce type d’évènement reconduit à l’avenir, et sous le but atteint : avoir pu récolter davantage de fonds pour les enfants du Sahel.

Le Comité Unicef du Bas-Rhin adresse ses plus sincères remerciements à l’Orchestre des Jeunes de Strasbourg, en particulier Marie-Hélène Bertrand, vice-présidente, ainsi qu’au Queensland Youth Symphony et leurs dirigeants respectifs pour l’aboutissement de cette soirée.

Nous remercions également du fond du cœur tous les bénévoles Unicef impliqués dans l’organisation et le bon déroulement de cet évènement !