L’UNICEF questionne les 6-18 ans sur la perception de leurs droits

Devant le succès de sa première Consultation nationale des 6-18 ans en 2013, l’UNICEF France inscrit son initiative dans la durée et propose à nouveau aux enfants et aux jeunes de s’exprimer sur leurs droits en France. Cette année, l’analyse des données mettra un coup de projecteur sur la situation des adolescents.

Disponible jusqu’au 31 mai, ce questionnaire est diffusé via une quinzaine de « Villes Amies des Enfants ».

Il est également mis à disposition du grand public, via la plateforme, www.jeparledemesdroits.fr  , pour inviter chaque enfant, chaque adolescent, chaque parent référent (professionnel de l’enfance et de la jeunesse) à participer.

Cette consultation permettra de savoir comment les enfants et les jeunes perçoivent l’exercice de leurs droits au quotidien en France et dans leur ville.

Les résultats de la première enquête, l’année dernière, avaient révélé qu’en France, un enfant sur cinq vit en situation d’intégration sociale précaire. Une situation inacceptable, décrite, selon Catherine Dolto, comme « la spirale du malheur ».

Tout comme l’année dernière, l’analyse sociologique des résultats statistiques est confiée au sociologue Serge Paugam, tandis que Catherine Dolto accompagne le projet de son regard de médecin et thérapeute.

En 2014, c’est le champ de l’adolescence qui sera la priorité de notre organisation. C’est pourquoi des questions ciblées sur les problématiques liées à la jeunesse (réseaux sociaux et internet, confiance en l’avenir, prévention aux addictions et conduites à risque…)  ont été ajoutées au questionnaire de base et que, par ailleurs, les jeunes âgés de 12 à 18 ans seront tout particulièrement invités à participer, grâce à la mobilisation des Clubs UNICEF dans les collèges, des Jeunes Ambassadeurs de l’UNICEF dans les lycées, des Jeunes Ambassadeurs du Défenseur des Droits et des Comités départementaux de l’UNICEF France.  Et ce dans toute la France, notamment au sein du réseau UNICEF des « Villes et Départements Amis des Enfants ».

La consultation permet d’installer un diagnostic régulier de l’exercice des droits de l’enfant en France.