Emile, le plus jeune donateur

Il ne le sait pas, mais le petit Emile, âgé de 2 ans, est probablement le plus jeune ami et soutien des enfants dans notre région.

Comment est-ce possible ?

Grâce à POUIC la girafe ! Pouic la girafe fait partie des bestellers des ventes de produits sur les stands de Noël. Vous la connaissez sûrement, Emile aussi, la connait.

Mais alors quel est le lien entre cette girafe, le petit Emile et son statut de « probable meilleur plus jeune » ami des enfants ?

C’est simple.

Avant sa naissance, la mamie du petit Emile a eu la bonne idée de lui réserver un cadeau en achetant une « Pouic la girafe » sur un stand de l’UNICEF.

Elle ignorait alors totalement que son petit fils allait en faire son « doudou ». Mais la durée de vie d’une girafe n’est pas à la mesure de son cou. Surtout quand elle s’appelle Pouic et qu’elle est en tissus et que ce tissus passe et repasse inlassablement dans la bouche et les petites mains d’Emile.

Ainsi tous les 3 à 4 mois Emile en sacrifie une. Mais toujours pour la bonne cause, comme s’il le savait ! Sa maman n’a d’autre choix que de renouveler le cheptel. Elle a ainsi déjà commandé une bonne dizaine de girafes par correspondance. Mais le jour où elle a appris que le stock était épuisé à Paris et qu’il n’était plus possible d’en commander, ce fut la panique générale du côté de Furchhausen. Comment l’expliquer à Emile ? Comment lui faire comprendre ce qui est encore incompréhensible pour un petit garçon de deux ans ?

Heureusement avant Noël elle a eu la bonne idée de faire ses courses dans un supermarché où se trouvait notre stand UNICEF. Elle s’est de suite renseignée sur l’avenir de Pouic la girafe : vous en reste-t-il ? combien ? Elle a acheté immédiatement le stock disponible et nous avons pu lui procurer un complément à partir du stock central de Strasbourg.

Ainsi Emile a maintenant quelques girafes d’avance…. Un jour sa maman lui racontera tout cela. Et s’il veut faire le fier et ne pas la croire, elle ouvrira l’armoire, l’armoire à « boites à girafe » : il y en a une vingtaine !

Merci Emile. Tu as déjà beaucoup donné, mais je vais oser te souhaiter qu’un jour tu seras un collectionneur de ….cartes de vœux. Les enfants du monde entier pour lesquels tu n’as cessé de sucer ton doudou t’en remercient déjà par avance.

Histoire vraie rapporté par Alfred Ingweiler, bénévole Unicef 67.