Des enfants migrants imaginent leur école

Au cours de l’année écoulée, l’UNICEF France a initié le projet De la France à l’Irak, imaginons l’école idéale.  Ce projet a été  prolongé par des ateliers photographiques et artistiques auprès d’enfants exilés. Ces ateliers se sont déroulés dans l’école du centre d’hébergement d’urgence pour migrants (CHUM) d’Emmaüs Solidarités, à Ivry-Sur-Seine, en région parisienne. Ils ont été animés par l’association Aide humanitaire et journalisme (AHJ) et le photographe Pierre Terdjman, représentant le collectif Dysturb, en collaboration avec l’équipe enseignante.

UNICEF France a voulu donner à ces enfants migrants la possibilité d’imaginer l’école de leurs rêves. « Passer par l’art pour s’exprimer a créé une nouvelle dynamique dans la classe », explique Somaya, professeure des écoles. L’une des élèves, Kochi, une jeune Afghane âgée de 12 ans, explique que pour elle, l’école idéale, c’est celle-là : « Cette école, c’est la plus belle du monde. J’aime mes professeurs, j’aime le camp et mes copines. »

« Quelle que soit leur situation, les enfants migrants doivent pouvoir accéder à l’école le plus rapidement possible avant d’être orientés dans une classe ordinaire ou adaptée. Ils doivent être en mesure d’apprendre, de partager et de jouer », insiste Juliette Chevalier, directrice du plaidoyer et de la communication d’UNICEF France. Grâce à l’éducation, les enfants peuvent exercer leurs autres droits, accéder à la santé, s’épanouir et mieux préparer leur avenir, pour sortir du cycle de la pauvreté.

En savoir + : https://www.unicef.fr/ecole-education-enfants-refugies-migrants