L’assemblée plénière 2012

ass.plen_.unicef67.2012-03 Lors de l’Assemblée Plénière du Comité UNICEF du Bas-Rhin, qui s’est tenue le samedi 14 avril 2012 à la Maison des Associations, l’heure était venue pour Alfred Ingweiler, Président du Comité depuis maintenant un an, d’adresser son premier bilan moral aux bénévoles présents.

Retour sur un discours éloquent, fort en espoir pour les enfants, dont l’interligne appelle à la continuité de notre mobilisation en leur faveur :

« En Somalie la famille de Moktar, 3 ans, a perdu son bétail et ses récoltes à cause de la sècheresse. Il a dû quitter son village pour un avenir et un endroit incertains pour sauver sa vie. Arrivé à Mogadiscio son état de malnutrition était critique. Il a pu être sauvé, lui.

En République démocratique du Congo, Florence a réussi à fuir la guerre et la violence en traversant le fleuve UBANGUI. Arrivée en République centrafricaine, elle a erré pendant des semaines avant d’être recueillie et placée dans un campement, elle.

Saima petite fille pakistanaise a vu les flots en crue détruire sa maison. Déjà en 2010, son pays avait été inondé. Elle a passé des semaines dans un abri de fortune. Aujourd’hui elle vit dans un camp certes surpeuplé mais elle dispose de l’eau propre, elle.

En 2011 il y a encore eu trop de Moktar, de Florence et de Saîma qui ont souffert et qui souffrent d’ailleurs encore.

Mais l’UNICEF était là, l’UNICEF est là : pour donner l’accès à l’eau potable, distribuer de la nourriture, des fournitures et surtout une assistance vitale et enfin contribuer à rétablir un sentiment de normalité.

Les principales catastrophes 2011:

  • Côte d’Ivoire (début 2011) : violence suite aux élections, près d’un million de personnes déplacées
  • Séparation du Soudan Sud et de la république du Soudan : 350 000 personnes sur les routes
  • Corne d’Afrique (mi-2011) : une famine touchant plus de 13 millions de personnes. En octobre 2011, 750 000 enfants étaient menacés de mort imminente
  • Pakistan (aout 2011) : inondations, 5 millions de personnes touchées
  • Révolution, changements politiques au Moyen-Orient et Afrique du Nord. Dans la première moitié de 2011 900 000 personnes ont fui la Libye pour l’Égypte et la Tunisie.

L’UNICEF intervient aussi dans des situations plus complexes et durables : ce sont des situations d’urgence silencieuses comme au Niger, la République populaire de Corée ou de Colombie.

Chaque année porte de nouvelles difficultés, que l’UNICEF est résolu à surmonter et chaque année l’UNICEF promet de répondre rapidement et efficacement aux besoins les plus élémentaires des enfants : santé, nourriture, éducation et protection pour qu’ils puissent vivre se développer et s’épanouir.

Voici quelques chiffres qui traduisent l’action concrète de l’Unicef en 2011 :

  • 36 millions d’enfants ont été vaccinés, vermifugés, ont eu un supplément de vitamine A
  • 1,2 millions d’enfants souffrant de malnutrition sévère ont été traités
  • 19 millions de femmes et d’enfants ont reçu un soutien nutritionnel
  • 16 millions de personnes ont eu accès à des installations d’assainissement et à un approvisionnement en eau potable
  • 4 millions d’enfants ont bénéficié d’une éducation d’urgence.

Ces actions ont été réalisées dans l’urgence et dans la continuité. La continuité, c’est important pour l’UNICEF car son objectif est aussi de contribuer à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Pour rappel 6 objectifs sur 8 concernent les actions de l’UNICEF (*).

L’UNICEF International a agi en 2011 et le Comité Français de l’UNICEF et ses Comités départementaux ont largement contribué à la possibilité de pouvoir réaliser ses actions.

Ainsi,

  • 166000 donateurs ont souscrits au prélèvement automatique (+ 25 %, 20 millions d’euros),
  • les fonds récoltés par publipostage ont progressé de 9 %,
  • 12,5 millions ont été récoltés suite à l’appel à l’aide d’urgence pour la Corne d’Afrique,
  • les ventes ont rapporté 8,6 millions dont 2,2 par la Poste et 3,1 par les Comités.

La contribution totale du CFU s’est élevée à 61 millions €.

Et le CFU ce sont, entre-autres, les Comités départementaux et parmi ceux-là il y a nous, le Comité départemental du Bas-Rhin et notre Comité a contribué globalement (toutes ressources confondues) à la collecte à hauteur de 1,2 millions d’euros. Pour nous situer, les 10 départements de la région Est ont collecté 5,5 millions d’euros.

Notre responsable des ventes, Jean-Pierre CORNE, vous donnera plus de détails sur notre réalisation de 2011.

C’est grâce à vous les bénévoles, grâce à votre engagement, c’est grâce à nos partenaires, à leur fidélité et leur appui que nous avons pu obtenir ces résultats.

Je veux citer les Villes Amies des Enfants : Erstein, Haguenau, Sélestat, Schiltigheim et Strasbourg qui sont des partenaires de premier plan. Nous sommes en train de créer une nouvelle dynamique avec ces villes par l’organisation de leurs rencontres régulières pour des partages d’expérience.

Je veux particulièrement souligner la contribution de la Ville de Strasbourg qui nous permet tous les ans une présence oh combien essentielle sur son marché de Noël. Et nous avons appris tout récemment que ce marché va encore innover en 2012 et que nous y retrouverons notre place. Je veux citer les Vitrines de Strasbourg avec lesquelles nous avons un partenariat sans faille et que nous espérons bien sûr pérenniser et aussi les commerçants de l’association ACOARUS.

Je veux citer les Entreprises Amies de l’UNICEF. Le référent E.A.U., Claude COLLET, en parlera tout à l’heure.

Je veux citer tous les autres partenaires qui viennent spontanément nous voir pour nous associer à leurs manifestations que ce soit un concert, une rencontre à notre profit ou, tout récemment, les Clubs de natation qui se sont engagés pour la nuit de l’eau.

Et je veux bien sûr citer et rendre hommage à vous tous, vous, nous, les bénévoles sans qui rien ne se ferait. Merci pour votre fidélité, merci pour votre engagement, merci pour votre confiance. Vous avez besoin de pouvoir nous faire confiance, à nous les membres du Bureau et nous, nous avons besoin de votre soutien. Et aujourd’hui encore votre présence nous encourage, la présence d’élus, de responsables de services, de représentants d’autres associations, nous encourage. Nous en avons besoin, la cause que nous défendons en a besoin.

Vous verrez tout à l’heure qu’il se passe beaucoup de choses en une année. Une année éprouvante mais passionnante.

MERCI à vous

MERCI aux membres du bureau avec lesquels je travaille en confiance. Merci à Lucienne PFISTER, secrétaire départementale, pour sa patience à mon égard, merci à Michel FERRY notre président d’honneur, pour sa présence discrète et rassurante.

La collecte des fonds est importante, elle est même essentielle.

Mais n’oublions pas le deuxième pilier de nos actions : le plaidoyer.

Là aussi la responsable du plaidoyer -Claude WEBER- nous en dira plus. Je tiens à lui rendre hommage pour son investissement sans relâche et les résultats obtenus.

Le plaidoyer reste et doit rester notre priorité. Son impact ne peut se mesurer d’une façon directe, mais son impact est réel. D’ailleurs, n’oublions jamais que nous sommes tous des plaideurs. Quand nous sommes derrière un stand nous sommes des plaideurs, lorsque nous assistons à une manifestation, nous sommes des plaideurs.

Nous avons la mission de sensibiliser la population à la cause des enfants, nous avons la responsabilité de mettre à la lumière les points à améliorer pour les enfants sur notre territoire.

Car l’UNICEF agit aussi en France. Le Manifeste que l’UNICEF a soumis aux candidats à l’élection présidentielle et a fait appuyer par le grand public en recueillant des signatures en est un exemple récent et d’actualité.

Pour continuer à agir efficacement, l’UNICEF International doit penser, préparer ordonner et coordonner ses actions, bref, doit avoir une stratégie, des objectifs. L’UNICEF doit pouvoir compter sur les différents Comités nationaux (37). Ces Comités doivent s’engager pour contribuer à l’atteinte de ces objectifs.

Ainsi le CFU (Comité Français de l’UNICEF) vient de s’engager sur le nouveau JSP (JSP : Joint Strategic Plan = Plan stratégique commun 2012 à 2014 soit 3 ans)

Quels sont les grandes lignes de ces engagements ?

2 grands axes :

  • Accroitre significativement les recettes
  • Mettre en œuvre un plaidoyer militant et efficace (sensibilisations à la cause des enfants du monde entier, confirmer le rôle de défendeur et d’expert incontournable des droits de l’enfant sur le territoire français)

ACCROITRE LES RECETTES :

  • recettes : + 7% par an soit 162 millions sur 3 ans,
  • maintenir les Comités départementaux comme premier réseau de vente,
  • cartes & produits : stabiliser les ventes en 2012, retrouver la croissance en 2013,
  • recruter 90 000 donateurs par an,
  • legs (patrimoine solidaire). En 2011 par exemple, 200 donateurs = 15 millions d’euros,
  • développement des prélèvements automatiques,
  • développer les partenariats avec les entreprises (développer la RSE – Responsabilité Sociale des Entreprises),
  • améliorer la QS,
  • mise en place d’un show TV annuel permettant de recruter des donateurs ponctuels, transformés en prélèvement automatique dans un second temps,
  • augmenter les ventes via le Web.

PLAIDOYER/COMMUNICATION :

  • renforcer la notoriété de l’image de l’UNICEF
  • pérennisation des postes Enfance en France / Campus – Jeunes Ambassadeurs.
  • sensibilisation et mobilisation de tous les publics : des jeunes, des politiques.
  • mise en œuvre de l’accord cadre avec le Ministère de l’Education Nationale.
  • renforcement du réseau Villes (et Départements) Amis des Enfants.
  • communication locale : priorité sur santé maternelle et infantile

« Accroitre les recettes, mettre en œuvre un plaidoyer militant et efficace », le CFU s’est engagé pour 3 ans sur ces objectifs.

Et quand le CFU s’engage, il nous engage, nous, les bénévoles des comités départementaux.

Car le réseau bénévole restera un élément clé pour la réalisation de ces objectifs. Ce réseau sera consolidé par un recrutement diversifié et par la poursuite de son organisation régionale.

Mais n’oublions pas l’essentiel : quand le CFU a besoin de nous, ce sont en réalité, les enfants en situation difficile qui ont besoin de nous. C’est à eux qu’il faut penser sans cesse pour nous motiver et maintenir intacte cette motivation.

Ils pourront compter sur nous.

Et plus que jamais notre slogan, notre fil rouge doit être «unissons-nous pour la cause des enfants.»

Alfred Ingweiler
Président

Photos

(*) les OMD (2000 à 2015)
Objectif 1 : Réduire l’extrême pauvreté et la faim
Objectif 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous
Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile
Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle
Objectif 6 : Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies
Objectif 7 : Préserver l’environnement
Objectif 8 : Mettre en place un partenariat mondial pour le développement »